Marcel e la tauleta.

La chronique historique de Marcel Brignoni.

marcel2911-1

Marcel Brignoni, devant l’hôtel Régina.


–  Ho, Marcel va ben encueil tu ?
– Avec le ciel qui nous ait tombé sur la tête ces deux derniers jours, je me sens quand même un peu humide. C’est que les rivières étaient démontées et qu’il en est tombé des pierres sur la route. Vé ceux de Puget-Rostang, ils n’ont même plus de route pour une semaine.

Remarque qu’en 1994 cela avait été pire le pont de chemin de fer à Malaussene avait été emporté ainsi qu’un bout de la 202 avant d’arriver à Puget.


–   1994, c’est de l’histoire ancienne, je n’étais même pas né ! A propos de la 202, tu as vu son histoire sur le site Infos DesVallées ?

marcel2911-5

–  Ah, les trucs d’internet amé lou coumputatur, lu Ipastrouil, li tauletas infourmatica, e touti quanti. J’y capi ren, et cette époque ne m’a pas encore rattrapé. Tiens, en 1994, le ministre de l’éducation nationale, s’appelait François Fillion.

–  Pet…, Il était déjà là celui là ? Pour la 202, je viendrais avec ma tauleta comme tu dis et je te montrerai, il y a plein de photos anciennes d’avant la guerre de 14-18, c’est impressionnant. Les routes étaient étroites, accrochées aux rochers, et les voitures, tout juste des Carretouns à moteur avec encore des roues en bois et des bâches.

– Ah, mais des photos de cette époque, j’en ai, figure toi que mon grand-père  Marcel Brignoni fut un des premiers conducteur d’un véhicule automobile comme taxi , le 10 novembre 1910, alors tu pense que toute ces premières routes, il les a parcouru.
Des routes étroites de montagne  qui n’étaient pas goudronnées à l’époque, et il fallait emporter les bidons d’essence, de quoi réparer une chambre à air, et la boite à outil.
Il n’y avait pas encore de stations services , ni de mécanicien, il fallait savoir se débrouiller.
Des routes, il y en a même qui ont disparu comme celle qui partait de Beuil qui grimpait sur le Mounier et qui arrivait à Roya dans la Tinée.
Souvent c’était des pistes ouvertes par les militaires pour faire monter les canons de l’artillerie.
marcel2911-1

A cette époque, les gens prenaient un taxis pour plusieurs jours, et il y avait que du beau monde. Des aristocrates, comme la princesse Eugénie, la femme de Napoléon III qui allait jouer au Casino à Monte-Carlo, des Princes Russes, des Lords Anglais. Quand on arrivait à rouler à 35 km sur ces mauvaises routes, c’était un record de vitesse.

Il avait comme clientèle des touristes fortunés qu’il amenait visiter des villages de l’arrière pays, comme le Chevalier de Cessole.

– Ouah ! L’explorateur, l’alpiniste, le photographe, le savant ? J’étais allé avec le collège voire une exposition sur le Chevalier Victor de Cessole. Mais tu me fais marcher là, tu me raconte encore des blagues ?

– Ah, tu ne me crois pas ! Eh, bé, je vais te le prouver, tu vas voir !
Marcel alla chercher sa vieille musette de l’armée italienne qu’il avait accroché à unebranche. Il l’ouvrit et en sorti quelque chose emballé dans un torchon à damier multicolore. Il défit le torchon et en sorti un Samsung Galaxy Tab E. En deux manipulations, il afficha une photo.

– Tiens, regarde, tu sais faire défiler les photos sur cet appareil.
La première c’est mon grand père Marcel Brignoni devant l’Hôtel Régina à Nice, la deuxième et la troisième c’est son certificat qui l’autorise à passer de conducteur de fiacre à celui de taxis conduisant une automobile.

marcel2911-4Enfin la dernière c’est lui sur la piste du Camps des Fourches avec le Chevalier de Cessole. Ah, alors, je te raconte des blagues ?

Le pichoun resta un moment à contempler les documents, les faisant défiler plusieurs fois, agrandissant l’image.

– Eh, bé, Marcel, là tu m’as scotché, pour les photos bien sûr, mais jamais je n’aurais imaginé que tu avais une tablette et que tu savais t’en servir.

– Le coup de la tablette, tu n’en parleras à personne, c’est un secret ; je préfère qu’ils continuent à me prendre pour un Niocchou, un arriéré. A capi tu, sinon que je t’attache à un arbre et que je te fais manger les yeux par les corbeaux.

Texte et photos de Monsieur Jean Marc Fonseca



Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.