Marcel et l’escola.

La chronique de Marcel Brignoni

 

14046-7

Tiré d’une histoire vécue

Marcel gardait encore, ce soir, le petit d’à côté. Sa mère, obligée de faire des ménages pour subvenir à ses besoins, n’était pas encore rentrée. Paternel et l’œil attendri, il veillait à ce que ce dernier mange une bonne tartine de pain , de beurre et de miel avant de faire ses devoirs. Il fallait toujours boustiguer le pitchoun  pour qu’il se mette à travailler. Mais ce soir, il semblait inquiet voire interrogatif. Machouillant son crayon, ne produisant rien, Marcel, après plusieurs remontrances, faillit s’emporter. A sa colère, il préféra une attitude autrement plus bienveillante.

-Dis Pitchoun, le calcul il ne va pas se faire tout seul !

– Oh Marcel…tu sais il y a des tas d’enfants qui ne réussissent jamais leurs calculs et qui s’en sortent très bien! Regarde mon copain Gé, il ne réussit jamais ses maths, il trace des traits de traviole et c’est une vrai légende à l’école.

– Ben oui, souvent les cancres, ils sont copains avec tout le monde car ils font rire la classe. C’est bien connu. Allez au boulot avant que ta mere ne me tire les oreilles quand elle rentre.

– Ah mais non , ce n’est pas un cancre ! Il est très intelligent. Sauf qu’il met sa bêtise au service de la classe plutôt que son talent. L’autre jour , le professeur lui a demandé de calculer une équation avec une inconnue. Tu te rends compte Marcel, calculer avec quelque chose qu’on connait pas ! Et bien lui, il s’est levé et…au tableau, il a gribouillé des chiffres, des lettres et il a donné la bonne réponse. Nous , on n’avait pas compris la question qu’il avait déjà la réponse.

 

Marcel rigolait doucement à l’énoncé du soucis du petit. Chacun a en mémoire l’histoire d’un copain qui ne maîtrisait pas son talent et qui par gene, préférait faire rire la classe avec des sottises que d’exprimer sa différence.

 

– Dis moi, pitchoun, ton copain Gé il n’aurait pas des problèmes pour écrire sur son cahier ? Ou des soucis pour ranger ses affaires ? Ou encore des difficultés à répondre simplement à une multiplication.

 

-Segur che Marcel ! Tu comprends pourquoi je m’inquiète. Tout ça..c’est tout lui !  Il est intelligent mais ne cesse de faire le pitre. Té ! L’autre jour, le professeur de mathématiques lui fait réviser les tables de multiplication. 3X7….il sait pas. 2+3..il compte sur les doigts ! et lorsqu’il y a une inconnue..il l’a trouve. Monsieur Ostrici, l’enseignant l’a puni en pensant qu’il se moquait de lui. Et moi, j’aime pas qu’il soit puni. J’ai peur qu’il ne revienne pas à l’école à force d’être puni. Et tu comprends, c’est mon ami.

 

-Houla, Pitchoun. Ne t’inquiète pas ! Ton copain il est un peu différent de toi mais il n’est pas fou ! Ton copain, il est dysmagique ! Fada, c’est pas une maladie, c’est un dysfonctionnement d’une partie de la perception des choses. Ca se passe là haut dans le cerveau. En gros, il ne perçoit pas les choses comme toi. Là où c’est droit, il dessine une courbe. Là où il multiplie, tu additionnes. Mais là où c’est difficile pour toi, cela parait très simple pour lui mais il ne saura pas te l’expliquer. C’est le lot de tous les enfants différents.

 

-Ah bon Marcel..tu es sur ? Parce que des fois, il me fait un peu peur quand même. Il tient pas en place, il finit ses contrôles en deux minutes et après il s’ennuie. Et des fois, il écrit pas un mot !

 

-Non, ne t’inquiète pas. Cela s’appelle la dyslexie ou la dyspraxie. Comment t’expliquer ? Les dyslexiques..on dirait qu’ils ont dans la tête le sac du jeu de scrabble. Ils mélangent les lettres entre le moment ou ils voient le mot et l’instant ou ils le disent. Bref..tu comprends un peu ce qu’ils veulent dire mais il n’y arrive pas tout le temps.

-Oui Marcel..c’est ça. Paulo s’exprime toujours un peu comme ça ! Je te dis pas en lecture ! En plus il bégaye..

-Pour ton copain Gé, je pense qu’il est dyspaxique. Il ne voit pas les choses comme toi. Ses gestes ne sont pas répétitifs et il a l’impression de découvrir tous les jours des gestes qui te paraissent simples. Mais dis moi, Gé..c’est bien celui qui perd toujours ses chaussures lorsqu’il joue au foot devant chez toi ?

 

-Et oui Marcel. Gé , c’est celui qui t’envoie la chaussure avant le ballon !

 

 

Marcel et le Petit partirent dans un grand fou rire à l’évocation de cet incident. L’histoire raconte que c’est monsieur le maire, sortant de chez lui, qui reçut la dite chaussure en pleine figure. Peu commode, il décida de suspendre les travaux du petit stade sous prétexte qu’avec deux pieds gauches chacun, les enfants du village ne verraient pas la nécessité d’un tel outil sportif.

bfb5b22ac0c8eebba633d3d5f97967ca

 

-Marcel reprit la parole et expliqua qu’il était presque impossible à Gé de faire ses lacets.Sa perception des choses ne lui permettent pas de reproduire les gestes de la vie quotidienne. Cela induisait une grosse fatigue liée à la nécessité de se concentrer sur des choses basiques comme les lacets, la place des couverts à table, sa fermeture éclair ou encore les capuchons des stylos qui semblaient avoir pris définitivement leur indépendance. bref..pas facile et souvent risible de la part des enfants.

 

Le pitchoun reprit son air bougon….

-Alors, dis moi Marcel, il sera toujours comme ça Gé ? 

-Oui Pitchoun, il sera toujours comme ça. Il te semblera tête en l’air et trouvera une énigme à laquelle beaucoup d’adultes ne sauraient répondre. C’est pour cette raison qu’on appelle ces enfant « les dysmagiques » . Dys comme dysfonctionnement et magiques car mieux connaitre leur environnement les rend magiques à côtoyer. En plus, les soignants disent d’eux que ce sont des enfant « sachant ». Ils n’apprennent pas les choses, ils les savent. Contrairement à toi qui récite une leçon, eux l’ont compris. C’est ce qui les rend si différents. C’est ce qui fait d’eux des êtres qui paraissent souvent arrogants envers leurs professeurs, alors qu’en toute logique, une fois la leçon finie….ils l’ont assimilée. Tu comprends ?

telechargement

-Oui Marcel, je comprend. Tu sais dire les choses simplement et je comprend que mon Gé restera mon Gé toute sa vie. sauf s’il part dans une autre école.

 

-Ecoute pitchoun, si ton Gé doit partir, je suis sur que ses parents prendront cette décision pour son bien et non selon les dire d’un professeur ou d’un directeur. Le rôle des parents est de faire le bien de son enfant. Cela devrait être, aussi,  le rôle de l’enseignant, avec une différence. Si celui ci est disposé à dispenser un savoir dans le cadre de l’école, l’éducation reste à la charge de ses parents.

-En attendant, au boulot !

 

A mon fils..



Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.